Anna Binta Diallo
Winnipeg
Canada
gracieuseté de l'artiste
ÉDIFICE JACQUES PARIZEAU
1001 Pl. Jean-Paul-Riopelle, Montréal, QC H2Z 1H5

Biographie

Anna Binta Diallo est une artiste multidisciplinaire canadienne, née à Dakar et élevée à Saint-Boniface (Winnipeg) sur le territoire traditionnel des peuples Anishinaabeg, Cree, Oji-Cree, Dakota et Dénés et de la nation métisse. Titulaire d’un baccalauréat de l’Université du Manitoba et d’une maîtrise de la Transart Institute, à Berlin (2013), son travail explore les thèmes de la mémoire et de la nostalgie pour créer des œuvres inattendues sur l’identité.

Ses œuvres ont été exposées dans le cadre d’expositions à Winnipeg, à Montréal, à Toronto, à Vancouver, à Taipei, en Finlande et à Berlin. Récompensée par de nombreuses bourses et distinctions, notamment du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec et de Francofonds, Diallo reçoit en 2021 le Prix Barbara Spohr Award offert par le Centre Banff et Walter Philips Gallery ainsi que le Black Designers of Canada Awards of Excellence.

Démarche et œuvres exposées

Anna Binta Diallo approfondit les concepts d’appartenance et de non-appartenance à travers les thèmes de l’identité, de la race et du colonialisme. Ces œuvres sont des installations spatiales composées de peintures, de dessins et de vidéos, ainsi que de collages numériques et de papier.

En agençant et en combinant des matériaux dans ses collages, elle crée de nouveaux récits et points de vue surprenants.

Danse en cercle (2022)

Produite tout spécialement pour ce 14ème festival, cette œuvre présente des personnages dansants qui, selon les mots de l’artiste, « dialoguent avec leur corps ». En continuité de ses préoccupations envers les différentes formes de récits au fondement des différentes histoires et identités, Anna nous invite à lire le corps comme articulant la mémoire. Plus encore, elle engage un dialogue depuis certains des systèmes de partage du savoir dont elle hérite (africain et autochtone). Et pour cause, si la bibliothèque organise le savoir en Occident, c’est le corps qui l’organise traditionnellement pour bien des peuples autochtones ou africains. Comme le dit l’adage africain « quand un vieil homme meurt en Afrique c’est une bibliothèque qui brûle ». À travers la constante du cercle, elle nous invite à repenser les savoirs qui imprègnent la danse et la manière dont ils nous traversent. Que la danse occupe une place centrale dans la transmission des récits de certains peuples et populations opprimées ou qu’elle soit lue comme simple geste de socialisation, Anna nous rappelle qu’elle organise une part importante de nos récits.

Œuvres par l’artiste

Infolettre Art Souterrain

Soyez informé.es de toutes les annonces du Festival Art Souterrain 2022 ! Inscrivez-vous à l'infolettre.

Vous vous êtes inscrits avec succès!