Catherine Blackburn
Saskatoon
Canada
Carey Shaw
ÉDIFICE JACQUES PARIZEAU
1001 Pl. Jean-Paul-Riopelle, Montréal, QC H2Z 1H5

Biographie

Catherine Blackburn née à Patuanak Saskatchewan d’ancêtres Dene et européens est membre de la Première Nation d’English River. Artiste multidisciplinaire et joaillière, elle traite du passé colonial du Canada souvent ponctué de récits personnels.

Ses œuvres ont été présentées au niveau national et international, dans des expositions et des défilés de mode, notamment, à BorderLINE: 2020 Biennial of Contemporary Art (Edmonton and Saskatoon), Àbadakone: Musée des beaux-arts du Canada, Santa Fe Haute Couture Fashion Show, et Art Encounters on the Edge : Bonavista Biennale (Terre-Neuve).

Blackburn a reçu de nombreux prix et bourses, comme le Saskatchewan RBC Emerging Artist Award, le Melissa Levin Emerging Artist Award, une publication dans Vogue online magazine, ainsi qu’une sélection au 2019 Sobey Art Award longlist.

Démarche et œuvres exposées

Catherine Blackburn est une artiste multidisciplinaire et joaillière, elle traite du passé colonial du Canada souvent ponctué de récits personnels.
Son travail fusionne des techniques mixtes et la mode pour recréer un dialogue entre les formes artistiques traditionnelles et leurs nouvelles interprétations. En utilisant le perlage et autres techniques traditionnelles d’ornement, Catherine Blackburn crée un espace d’exploration de la décolonisation et de la souveraineté autochtones.

But there’s no scar? (2019)

Des tresses reliées au corps et fusionnent ensemble au centre du cadre. Ces deux photos évoquent l’usage des médecines ancestrales qui propose un principe de guérison bâtit sur la compréhension que les atrocités faites à l’esprit, au corps et l’âme ne sont que des transgressions. Celles-ci ne définissent pas qui nous sommes et ne déterminent pas non plus notre devenir individuel ou collectif. Si les médecines scientifiques ont du mal à traiter des liens corps/esprits qu’elles ne peuvent nommer. Les médecines de guérison ancestrale puisent dans ce lien indéfinissable qui nous lie à la terre et son pouvoir de résilience.

Blackburn porte ainsi un regard sur les façons dont nous percevons, comprenons, nommons, définissons la douleur et les traumatismes. Elle souligne que cette activité analytique qu’impose la médecine scientifique définit à son tour la façon dont la société marginalise les corps collectifs et généralise les traumatismes. Par ces œuvres, elle nous pousse à décoloniser notre regard sur ce qu’est un bon processus de guérison, de résilience et comment il doit être fait.

Œuvres par l’artiste

Infolettre Art Souterrain

Soyez informé.es de toutes les annonces du Festival Art Souterrain 2022 ! Inscrivez-vous à l'infolettre.

Vous vous êtes inscrits avec succès!