Moridja Kitenge Banza
Montréal
Canada
Romain Guilbault
CITÉ INTERNATIONALE – OACI
950 Rue du Square-Victoria, Montréal, QC H3C 6J7

Biographie

Moridja Kitenge Banza est un artiste canadien d’origine congolaise, vivant à Montréal.

Il est diplômé de l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, de l’École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole.

En 2010, il reçoit le 1er prix de La Biennale de l’Art africain contemporain. Il a reçu un Prix Sobey en 2020. Le Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) présente actuellement une grande installation de l’artiste; Et la lumière fut.

Démarche et œuvres exposées

Artiste multidisciplinaire, le travail de Moridja Kitenge Banza interroge l’histoire, la mémoire et l’identité des lieux habités par l’artiste et la place qu’il y occupe.

À travers ses œuvres, il mêle réalité et fiction afin de perturber les récits hégémoniques et de créer des espaces où le discours marginal peut exister.

En puisant dans les réalités actuelles ou anciennes, il organise, assemble, trace des figures. Moridja Kitenge Banza revisite des parties de son histoire, en se réappropriant les codes des représentations religieuses, culturelles, politiques, sociales et économiques, afin de mettre en lumière les contradictions qui construisent ses identités.

Ainsi, il fabrique ses propres outils pour mieux investir le territoire de l’autre et nourrir tous ces domaines de recherche qui inspirent sa pratique.

Respirer en Kiluba (2020)

Le Kiluba est la langue parlée par les Luba en République démocratique du Congo.

Cette proposition est inspirée d’un chant entonné lors de la sécession du Katanga pendant la période suivant l’«indépendance» du Congo. Ce chant que le père de l’artiste a entonné dans son enfance était destiné à dire, à ceux et celles qui voulaient la séparation du Katanga d’avec le reste du pays, que jamais la terre de leurs ancêtres ne serait divisée au profit du colon. Qu’ils et elles étaient tous et toutes prêt·e·s à mourir pour l’unité de ce territoire. En se réappropriant ce chant, Moridja Kitenge Banza fait sienne la bataille sur son droit d’exister. Son droit de faire corps avec le lieu que j’habite. Un droit que je refuse de négocier.

Ce travail est non seulement une réflexion sur le système colonial et ses ramifications, mais aussi sur son impact sur une population, même plusieurs siècles après. Il s’agit également d’une déclaration sur ce que Moridja Kitenge Banza refuse d’être : une personne qui doit négocier son droit d’exister.

Œuvres par l’artiste

Infolettre Art Souterrain

Soyez informé.es de toutes les annonces du Festival Art Souterrain 2022 ! Inscrivez-vous à l'infolettre.

Vous vous êtes inscrits avec succès!